10 bonnes raisons d’utiliser Piwik pour faire du Web Analytics

Peut-on faire du Web Analytics gratuitement et sans Google Analytics ? Bien sûr que oui ! Voici 10 bonnes raisons pour lesquelles Piwik peut très bien prendre en charge la collecte de vos données de fréquentation.

logo piwik

Logo du service Piwik

 

A mes yeux il existe 3 grands outils pour suivre les statistiques d’un site ou d’une boutique en ligne : Google Analytics, Xiti et Piwik. Chacune de ces solutions possède des qualités et des défauts et chacune d’entre elles peut être un choix plus ou moins pertinent en fonction du contexte, par exemple pour le e-commerce j’utilise exclusivement Google Analytics, mais pour ce blog j’ai fait le choix de Piwik et je vais tenter de vous expliquer pourquoi vous aussi -chez vous (?)- vous pouvez faire ce choix.

separateur

1. Piwik est un outil d’analytics complet et fiable

Visites, visiteurs, sources de trafic… Piwik fait le job comme il faut, tout simplement. Les données sont collectées de façon fiable : j’ai laissé tourner piwik en parallèle avec Xiti et/ou Google Analytics sur plusieurs sites de 200 à 15000 visiteurs uniques par jour et les écarts constatés sont très faibles. Les tableaux de bord sont assez agréables (en tout cas très clairs) et la navigation est intuitive. Une seule installation de Piwik peut aussi collecter les données pour plusieurs sites et plusieurs utilisateurs peuvent y accéder avec une gestion des droits digne de ce nom.

2. Piwik est gratuit

Vous allez me dire que Google Analytics aussi mais Xiti estpayant. Attention, ça n’enlève rien à la qualité de Xiti (qui est un outil formidable) mais quand on est une petite structure chaque euro économisé peut avoir son importance.

3. Piwik propose des plugins pour plus de 40 CMS

Comme les autres solutions de web analytics, Piwik s’intègre à l’aide d’un petit code javascript. Mais il est possible d’utiliser des extensions pour faciliter cette intégration sur votre CMS ou plateforme e-commerce favori. Vous pouvez retrouver la liste de tous les plugins officiels sur cette page.

4. Piwik respecte les recommandations de la CNIL

Pas de cookie intrusif, la possibilité d’anonymiser les adresses IP en ne conservant que les deux premières séries de chiffre, une iframe (bouh c’est sale) simple à intégrer sur n’importe quelle page pour permettre aux utilisateurs de refuser d’êtres comptabilisés. Piwik est 100% respectueux de la vie privée des internautes, il suffit de le paramétrer en suivant par exemple ce tutoriel (en pdf). Vous ne raterez donc aucune mesure parce qu’un visiteur n’affiche qu’une seule page et qu’il n’a pas accepté les cookies.

5. Piwik est réputé non intrusif

On vient de le dire ? Oui et non parce que même si vous paramétrez votre site pour utiliser Google Analytics en accord avec les recommandations de la CNIL, dès la première mesure d’audience Big G va collecter, croiser, analyser (c’est pour ça qu’on s’en sert non ?), disséquer… bref utiliser VOS données à propos de VOS internautes pour SON profit.

Je ne porte ici aucun jugement de valeur, fournir gratuitement des outils si bien léchés mérite toujours une contrepartie, mais pour des raison morales et/ou légales, certains préfèrent éviter ce genre de pratiques.

6. Piwik permet de suivre des objectifs personnalisés

Site e-commerce ou simple vitrine, vous pouvez utiliser Piwik pour comptabiliser vos ventes, le nombre de fois où un formulaire est rempli, un fichier téléchargé… Quel que soit votre objectif de conversion, Piwik peut le suivre pour vous et calculer par la suite vos taux de conversion ou autres joyeusetés du genre.

Notez que pour le e-commerce, une option est à activer dans la configuration de l’outil pour optimiser le suivi des conversions.

 7. Piwik propose une appli mobile très efficace

C’est peut-être un détail pour vous, mais Piwik propose une appli Android et iOs qui fonctionne très bien et qui permet de consulter ses statistiques où que vous soyez, ce qui est assez pratique pour “relever les compteurs” le matin dans les transports, c’est déjà ça de moins à faire en arrivant au bureau. Je ne sais pas comment ça se passe sur les iPhones, mais sur les appareils Android, il y a même un petit widget qui donne le nombre de visites du jour et sur les 24h écoulées.

8. Piwik pense aux développeurs : une API et une super documentation

Puisque Piwik est auto hébergé et écrit en php, pourquoi ne pas implémenter vos propres fonctionnalités ? Il est en effet possible de développer des plugins pour cet outil ou de connecter des services tiers via une API, c’est comme ça que fonctionne l’appli mobile. La documentation à destination des développeurs est complète et bien écrite, quoi que en anglais.

9. Piwik n’héberge pas vos données

Comme je viens de le dire, Piwik est auto hébergé, ce qui signifie que tout est stocké chez vous et que vous avez accès à la totalité des données collectées à partir de votre client MySql préféré si vous n’avez pas envie de développer un plugin pour réaliser vos exports personnalisés.

Je l’ai dit en (1) mais il est possible de dédier un serveur à Piwik et de configurer tous ses sites indépendamment, sans avoir à réaliser une installation complète de l’outil de webanalytics à chaque fois.

10. Les données sont exportables facilement

Ayant connu la galère des exports qui ne sont accessibles que par un menu de configuration puis par un menu d’export, je suis assez sensible au fait que n’importe quelle vue puisse être exportée en 3 clics, dans plusieurs formats différents. Si vous avez déjà eu à transmettre des statistiques en urgence à un commercial en pleine réunion avec un prospect, vous savez à quel point c’est important.

separateurAlors convaincus ? Si vous-même utilisez Piwik pour mesurer vos visites, peut-être que vous avez d’autres bonnes raisons que vous souhaitez partager. Si par contre vous avez fait un autre choix après avoir essayé Piwik, n’hésitez pas non plus à expliquer pourquoi dans les commentaires.

Quoi qu’il en soit sachez que tout n’est pas tout rose et qu’il existe aussi de bonnes raisons de préférer Google Analytics à Piwik, raisons que je détaille dans cet article qui présente l’autre côté du miroir.

3 réponses

  1. Trouver des alternatives aux outils Google est évidemment intéressant. Le seul problème repose souvent dans nos habitudes de travail et surtout la synchronisation des différents outils entre eux : Google analytics, webmaster tools, adwords. Pour un travail de pur référencement naturel, il peut être confortable de travailler sans analytics. A tester.

  2. Renaud M.G. dit :

    Oui la complémentarité des outils Google est redoutable mais comme tu le dis une fois nos habitudes bousculées il est parfois intéressant d’essayer autre chose

  3. Reachcontent dit :

    Article très intéressant, merci !
    Je cherchais justement à mettre à jour mes arguments. J’utilise en effet Piwik depuis plus d’un an et cela correspond à une logique très claire face à la “servitude volontaire” Ggl Analytics :

    1. avoir un outil d’analyse totalement indépendant, là où GA est à la fois juge et partie si Adwords doit être une axe de prospection. Comme le dit très bien Renaud la complémentarité est redoutable : c’est clairement un piège dans lequel beaucoup d’entreprises tombent (alors même qu’elles ont déjà largement un budget leur permettant d’avoir une solution analytics qui n’est pas d’abord un choix par défaut).
    2. GA présente beaucoup de stats qui ne sont parfois pas cohérentes. C’est toujours bien d’avoir un second compteur pour ne pas perdre son temps à sur-analyser des artefacts.

    De manière générale je trouve que les agences, et même celles qui se présentent comme expertes SEO, sont très timides sur ce sujet. Parce qu’elles ont aussi souvent un business model à la remorque de Ggl, en conflit d’intérêt avec ceux du client : dès qu’Adwords est plus ou moins proche à l’horizon une agence va avoir tendance à favoriser la dépendance au référencement payant, et le client final n’est très vite que le dernier maillon de la chaîne alimentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *