Le référencement d’un site à page unique

En ce début 2013, on croise de plus en plus de sites dits single page, c’est à dire construits sur une seule page qui défile sur toute sa longueur grâce à un menu qui contient du javascript pour accéder directement à la section du site souhaitée. Si vous souhaitez à la fois savoir à quoi ça ressemble et comment ça fonctionne, je vous invite à consulter cette page du framework bootstrap.

site page unique

D’un point de vue esthétique et ergonomique, c’est absolument parfait : l’internaute n’est pas perdu dans une arborescence, des contenus courts et structurés (un CV par exemple, ou bien la présentation d’une société et de son activité) peuvent être mis en valeur par des effets de transition bien maîtrises.

separateur

Les sites à page unique sont mauvais pour le SEO

Si Matt Cutts annonçait le 18 mars dernier que Google comprend de mieux en mieux cette façon de faire, comment peut-on référencer efficacement ces sites ? De nombreux référenceurs se posent la question et la meilleure réponse qui soit en ce moment est : Les sites single page sont mauvais pour le SEO (je cite cette source mais il y en a des dizaines, à l’heure actuelle c’est le consensus).

Il y a quand même des moyens de limiter la casse, des réflexes purement SEO qu’il faut laisser de côté pour se rapprocher un peu de la technique et utiliser la structure du site pour lui permettre de s’en sortir au mieux

Commençons par ce que l’on ne peut pas faire :

  • les balises title et meta description : une seule page, donc une seule balise pour tout votre site. Oubliez donc les optimisations  de type “ma société : coordonnées et contact”, vous devrez choisir des balises suffisamment spécifiques pour qu’elles s’appliquent à la totalité de votre site internet ;
  • un fichier sitemap.xml : le sujet apparaît assez souvent sur les forums spécialisés en ce moment, non il n’est pas nécessaire de fournir un fichier sitemap.xml pour une seule page ;
  • proposer un contenu très étoffé et répéter vos mots clés : si vous y pensiez, c’est que vous n’avez pas compris ce qui fait l’efficacité d’un site à page unique (on met en valeur un contenu succin par une navigation simple et originale). La trop grande répétition d’expressions (keywords stuffing) est déjà une mauvaise pratique SEO en soit, mais sur un contenu condensé elle est détectée très facilement par le moteur de recherche mais aussi par l’humain

Voyons maintenant ce qu’il est possible de faire :

  • Commencez par structurer votre site grâce aux balises sémantiques html 5 : utilisez une balise article avec plusieurs balises section pour structurer votre page. Ainsi vous pourrez passer du coq à l’âne (enfin de votre présentation à vos références) en expliquant au moteur de recherche que c’est normal et que vous savez ce que vous faites ;
  • Utilisez impérativement une balise h1 pour toute la page, une balise h2 pour chaque section et des balises h3 à l’intérieur de chaque section. L’idée ici est de pousser les mots clés qui ne peuvent pas l’être dans la balise title, ainsi au lieu de la méta “ma société : coordonnées et contact”, proposez un h1 “ma société” et un h2 “coordonnées et contact”. Vous pouvez même mettre le h1 dans une zone d’en-tête figée pour que l’internaute l’aie toujours sous les yeux ; 
  • Utilisez les ancres html pour marquer vos sections même si elles ne sont pas prises en compte par les moteurs de recherche. L’intérêt est double :
    • Vous allez pouvoir proposer une navigation fonctionnelle au internautes qui n’utilisent pas le javascript, et comme c’est la navigation qui fait tout le charme du site sur une page, avouez que c’est quand même intéressant ;
    • Vous allez pouvoir faire des liens internes d’une section à une autre, comme vous travailleriez votre maillage interne sur un site classique et ces liens sont bien pris en compte par le moteur de recherche

Quel beau retour aux sources n’est-ce pas ? Je fais partie de ceux qui pensent qu’un référencement naturel ne peut se faire sainement que sur un site techniquement sain (on peut essayer de tourner une vis avec un couteau et ça fonctionne bien souvent, mais si on a un tournevis ça marche quand même mieux non ?) alors je ne peux que m’en réjouir mais il est frustrant de voir un site magnifique, à la navigation impeccable et au design hyper tendance complètement impossible à référencer et de devoir concentrer ses efforts sur le linking et le référencement externe pour le faire apparaître en bonne place dans les SERPs.

separateur

L’expérience ratée du jour

Procédons maintenant à une petite expérience : et si on changeait la méta title à coup de javascript ? L’idée est la suivante : à chaque fois qu’on clique sur le menu on déplace l’internaute sur la page, on anime le menu (sélection de la section en cours) et on modifie la valeur de la méta title (document.title = nouveau_titre;). J’ai effectué cette expérience de novembre 2012 à février 2013.

Le protocole de test est le suivant : j’utilise 4 sites similaires mais pas identiques, 2 qui parlent de jardinage et 2 qui parlent d’animaux, pour pouvoir apparaître en concurrence 2 à 2. Les sites sont crées hors ligne, publiés en même temps et je me contente d’un linking par commentaires de blog pour les faire référencer, j’utilise seomiochetool pour les voir apparaître dans les SERPs et j’attends que leur positionnement sur mes requêtes “test” soit proche et stable deux semaines d’affilée. A partir de ce moment je modifie un site de chaque univers (le moins bien classé des deux) pour mettre mon idée de génie en oeuvre et j’attends… au bout de 14 jours rien n’a changé, les 4 sites ont un peu évolué mais rien de probant, le test jardinage est passé devant son témoin et le test animaux reste un peu en retrait… au bout de 28 jours toujours rien de probant et après plus de 2 mois rien non plus, les 4 sites descendent peu à peu dans les résultats (pas de visiteurs, pas de nouveaux liens…) et à aucun moment le titre des sites test n’a été modifié dans les résultats de recherche ni google, ni bing.

Conclusion : changer la meta title dynamiquement n’aura servi à rien ! Et en y réfléchissant un peu c’était une très mauvaise idée : ça ne fonctionne qu’avec le javascript activé (et le respect de l’expérience utilisateur dans tout ça ?) et ça s’apparente beaucoup à du black hat : modifier le contenu de la page (et un contenu très sensible) selon le contexte n’est pas vraiment dans la liste des bonnes pratiques du référencement, d’après ce que j’en sais. Bref je pensais finir dans la sandbox ou blacklisté, je n’ai simplement pas bougé, je pense avoir eu de la chance, surtout en raison du pas de trafic sur les sites, du faible effort de linking et du fait qu’aucune publicité n’ait été affichée.

separateur

Les choses évolueront certainement dans les semaines ou mois à venir mais en attendant toutes les idées sont bonnes à prendre, alors si vous avez des astuces à partager, si vous-même avez tenté des expériences, les commentaires vous sont ouverts, n’hésitez pas à nous en faire part !

separateur

Crédit photo : http://openclipart.org/detail/36157/tango-text-html-by-warszawianka

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez peut-être

31 réponses

  1. Rom dit :

    Hello,

    Juste une petite question, les liens internes construits via les ancres html sont bien compris par Google grâce aux balises html5 article et section ?

    Et désolé pour votre title dynamique, cependant l’expérience était maline 😉

  2. Renaud M.G. dit :

    Bonjour, je n’ai trouvé aucune source qui indique si oui ou non les liens internes sont plus efficaces grâce aux balises sémantiques les deux techniques étant bénéfiques chacune de leur côté, leur association ne peut qu’être bénéfique et je pense qu’à terme, oui le découpage en section aura un poids quasi-similaire (forcément moindre) qu’un découpage en pages

  3. Mon pagerank dit :

    Sympa le retour d’expérience. J’adore le principe du landing page mais je trouve que c’est adapté selon la thématique du site comme la présentation et téléchargement d’une application mobile, jeu concours… ceux ci étant attachés à un site. Les grandes marque utilisent parfaitement bien ce principe, et le référencement se fait via le buzz en quelque sorte.

  4. Renaud M.G. dit :

    C’est en effet super adapté à de l’événementiel : vite construit, alimenté par le buzz… et pour présenter un produit en 4-5 idées, d’ailleurs on croise quelques sites “classiques” qui utilisent le principe single page pour présenter leurs produits, une page par produit (on en revient juste au principe des ancres du html 4.0 mais ça se vend bien)

  5. dldstyle dit :

    Pour ce genre de page, les réaliser en HTML5 est une excellente idée. Dans ce cas, pourquoi n’utiliser qu’un seul H1 si la structure est bien conçue ? Je ne suis pas partisan de ce genre de solution en temps normal, optant pour un H1 par page mais je ne pense pas que cela soit handicapant ici.

  6. Renaud M.G. dit :

    En effet c’est une question qui vaut le coup d’être posée… admettons que tu sois sur un site de présentation d’un produit, ta meta title sera “chaise rouge”, et tes titres seront “design”, “prix”, “dimensions” … soit on met “chaise rouge” dans les titres et Google Panda n’aimera pas ça, soit on perd le lien entre le title et les h1, la méta n’est donc plus optimisée.
    C’est une expérience qui vaut le coup d’être menée et si un lecteur a un retour d’expérience là dessus, ça ferait avancer les choses !

  7. Jojo dit :

    Google crawle les sites javascript désactivé, du coup pas étonnant que votre expérience n’est rien donné…

  8. Renaud M.G. dit :

    Je ne suis pas d’accord pour dire que google crawle avec le javascript désactivé, les redirections javascript sont interprétées, de même que la navigation justement dans les sites à page unique, plus d’une fois je modifie des h2 ou autre dans le document.ready et google les prend en compte à chaque fois, combien de menus ont été construits avec javascript ?… Mais dans ce cas précis, ça n’a rien donné

  9. Sabattini dit :

    En substance, je ne suis pas du tout d’accord avec votre façon de voir les chose, les sites one page s’intègrent parfaitement dans une stratégie de référencement globale mais , il est vrai, peut être différente de ce qui se faisait avant. Sous prétexte que Google développe ses capacités sur des produits à 10 000 pages il faudrait absolument suivre le mouvement ? Je ne le crois pas! En tout cas, il y a bien des cas où un site d’une page remplira très bien les objectifs que l’on lui assigne et ce type de sites, vous en verrez assurément de plus en plus, à l’inverse de ce que vous dites : ces sites ne sont pas totalement impossible à référencer !

  10. Renaud M.G. dit :

    Merci pour votre commentaire, le but de cet article n’est pas de dire “ça marche pas on laisse tomber”, il s’agit de dire “on a une nouvelle façon de faire qui n’est pas prévue dans les schémas habituels, on fait quoi avec ça ?” sinon je ne me serais pas amusé à monter des sites de test et à les référencer juste pour le plaisir.
    Oui les sites single page ont un avenir, oui les sites single page sont référençables (on arrive bien a faire ressortir un pdf en haut de SERP si on s’en donne les moyens) mais non le SEO “classique” ne fonctionne pas dans ce cas et il faut, soit attendre que les choses évoluent, soit trouver les solutions pour être efficace maintenant par ce que justement ces sites ont un avenir.
    Maintenant si vous voulez nous faire part de vos astuces ou partager votre expérience à ce sujet, vous êtes évidement le bienvenu !

  11. Sven dit :

    Même point de vue que Sabattini. Illustration :
    En signature j’ai posé le lien d’un site responsive et sémantique que j’ai mis en ligne début décembre pour un jeune homme qui s’était fait bouffer tout son budget par une agence qui lui avait imposé Word Press sans aucun résultat.
    Codé à la main, Ajaxifié, très rapide, il se positionne entre la 13e et la 20e place sur ses mots clés. Pourtant il n’y a pas de BL, juste quelques signaux envoyés depuis les réseaux sociaux et 3 annuaires renseignés.
    Et ça marche : 3 demandes devis par semaine et une activité maintenant lancée.

  12. Vince2009 dit :

    Dans ma boite ont utilise les sites a une page pour faire des jeux concours et ont fait pas du tout de seo dessus. Que du teasing sur facebook

  13. Salut Renaud,

    Je rejoins Sabattini dans ce qu’il dit même si à une certaine époque je lui aurais répondu tout à fait ce qu’il vient de dire quant aux sites en Flash qu’il appelait les “idiots du référencement” si je me rappelle bien. Ces sites one-page fonctionnent effectivement très bien pour le SEO si tu sais comment les utiliser. Exemple : en conjonction avec un EMD ici-même (si tu me permets d’inclure ce petit lien pour illustrer mes propos) pour le site d’un Expert Référencement.

    Par contre, j’aurais envie de réagir à ce que tu appelles le SEO “classique”. C’est une expression délicate à manier voire même limite discutable tant le SEO a pris des formes diverses et requiert une expérience et des connaissances variées aujourd’hui entre les différentes technologies utilisées et les supports (sites, vidéos, présentations type slideshares, PDFs, images, Google+ Local / Adresses, réseaux sociaux, etc). Tu ne trouves pas ?

  14. Renaud M.G. dit :

    @Sven & @Floflo, encore une fois le but de mon article n’était pas de dire “c’est pas possible” mais d’ouvrir la porte au “comment on fait ?”. En effet les exemples de réussite sont nombreux (félicitations à vous 2) et heureusement !

    Et je reconnais que le terme “seo classique” n’est pas approprié quand on fait un métier 100% sur mesure, @Floflo tu noteras que j’ai parlé du référencement de fichiers pdf un peu plus tôt dans les commentaires, mais beaucoup de référenceurs trouvent ça déstabilisant de ne pas retrouver les automatismes qu’ils mettent en place à chaque fois (d’où la question récurrente à propos du sitemap)

    Bref, de vos commentaires je retiens deux pistes :
    – un nom de domaine efficace (EMD signifie Exact Match Domain, pour ceux qui se posent la question)
    – une sémantique forte et bien travaillée

    Merci d’avoir fait avancer le “débat” et c’est de bonne grâce que je te permets d’inclure ton lien ô Marie Antoinette du référencement

  15. Theo2 dit :

    Matt Cutts expliquait que si un site en single-page fonctionne était utilisé correctement et intuitivement par ses utilisateurs, cela fonctionnerait également pour google au niveau du référencement mais j’ai trouvé cette réponse très vague, et j’ai ici les informations que je voulais, merci pour cet article très complet. A bientôt !

  16. Merci pour ce billet très détaillé, et surtout du partage de vos expériences en seo. A mon avis, référencer un site de ce genre c’est une perte de temps, vaut mieux chercher d’autre moyens pour attirer le trafic.

  17. Renaud M.G. dit :

    Donc tu rejoins l’avis de Vince2009, merci pour ton point de vue

  18. Faerieweb dit :

    Merci pour ce retour très intéressant. Personnellement, je n’aime pas les sites one page même au niveau ergonomique : je trouve cela déstabilisant pour des internautes non habitué, frustrant pour la navigation (lorsqu’on scroll, on se retrouve sur la page suivante, ce qui n’était pas forcément l’effet escompté) et enfin, pour les sites one page qui n’ont pas de menu, bon courage pour trouver l’information recherché.
    Je n’ai jamais essayé d’en référencer un et désormais, j’aurais une raison supplémentairement de ne pas les recommander !

  19. […] une expérience toute simple (j’aime bien les expériences), si vous le voulez bien : prenons 5 mots uniques au hasard dans un magazine automobile le […]

  20. le site à page unique est à proscrire tout simplement

  21. […] Comment référencer un site à page unique ?  […]

  22. Vraiment, ce n’est pas de tout conseillé à concevoir un site avec une seule page puisque l’internaute n’est pas de tout habitué à ce genre de site.
    merci pour les détails fournis.

  23. OrryDeSousa dit :

    @Logiciel Centre d’appel et @hanane referencement internet

    Je trouve que vos commentaires sont un peu limites… Personelement je trouve que le web évolue assez vite pour se permettre de faire des sites Single-page. Comment voulez-vous que cette manière de faire évolue et soit comprise pas les internautes si tout le monde proscris cette méthode?

    De plus, il ne me semble pas utile de rappeler que le principe du scroll était peu compris à l’origine sur internet et que les sites étaient des espèces de “cases” sans scroll. Mais cette “habitude” s’est vue très vite comprise et, heureusement” est utilisée sans crainte depuis maintenant maintes années. La combinaison souris/molette y est pour beaucoup mais n’avons nous maintenant pas les smart phones et tablettes?

    Ne pensez-vous pas qu’avec l’avénement exceptionnel des smart phones et tablettes, ainsi que l’utilisation courante voire quotidienne de l’internet par des gens d’une tranche d’age beaucoup plus larges qu’avant, le site single-page soit si “incompris” à l’heure d’aujourd’hui??

    Cela reste un principe innovant de navigations, cela permet des effets visuels assez intéressants, pas toujours bons mais intéressants. Je pense que le web est le terrain de jeu numérique le plus propice à ce genre d’expérience mais qui dit expérience dit bonne réflexion sur la manière donc on conçoit un site. Le single page ne se prête pas à tous les projets que nous réalisons et la manière de faire le buzz et de le communiquer doit être pensée au même titre que le graphisme et l’UX.

    Cet article restera toutefois très intéressant car il ne déprécie pas l’utilisation du site single page mais montre une des approches pour le tenter de le référencer naturellement au mieux.

  24. Renaud M.G. dit :

    Merci de souligner que je n’ai rien contre ce type de site, j’en ai d’ailleurs mis un en ligne récemment dont je suis fier : http://www.responsive-mind.fr/mysantemobile/
    Je ne m’attendais pas à lancer un débat sur un article comme celui-ci mais je vous remercie tous pour vos commentaires et vos points de vue, c’est que que j’aime avec le référencement : il y a autant de façons de faire que de référenceurs

  25. conférence “one page” demain matin à la CCI Bayonne. Les sites OnePage, on y croit, pas pour tout, mais on y croit et on les promeut !
    De plus en plus de boites du Pays Basque sont séduites par les OnePage… et contentes du résultat. Et pas que des boites de Geek : gros groupe BTP, producteurs de jambon …
    cf http://www.bayonne.cci.fr/Performance-numerique/Conference-Les-sites-ONE-PAGE-simples-originaux-efficaces.html

    Frédéric PERES
    responsable mission “PERFORMANCE NUMERIQUE” – CCI BAYONNE PAYS BASQUE

  26. Renaud M.G. dit :

    Je suis ravi qu’une CCI diffuse une information sur une technique aussi actuelle et vous souhaite une excellente conférence !

  27. […] Comment référencer un site à page unique ?  […]

  28. Une pomme dit :

    Il reste simplement l’idée d’une one page, agrémentée d’un blog 🙂 non ?

  29. Renaud M.G. dit :

    Bien entendu, les méthodes externes fonctionnent comme pour tout site internet, mais ici il est question des optimisations on-page (ou presque, quand on parle du sitemap).

  30. Supref dit :

    Bonjour,

    Il est intéressant de noter qu’avec le passage de Google à l’indexation sémantique latente, avoir des pages longues avec des sujets différents appartenant à une même thématique devient très bénéfique. Ce qui signifie que les sites one page ont désormais un avantage à ce niveau. Par contre il est vrai que pour les liens internes c’est toujours embêtant.

    Amicalement
    Supref

  31. […] où se regroupent toutes les informations essentielles sur l’entreprise et ses produits/services. Le référencement d’un site à page unique. En ce début 2013, on croise de plus en plus de sites dits single page, c’est à dire construits […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *